Un vent de jeunesse semble souffler sur le secteur de Montréal

Quel bonheur de participer à la fête patronale du 7 décembre dernier: un ressourcement vécu dans la simplicité et la fraternité avec une place particulière faite aux enfants des équipiers présents. C’était vraiment rafraîchissant et vivifiant de vivre cet après-midi avec toutes ces jeunes familles – outre deux couples de la région d’Ottawa et nous, les autres participants étaient tous des couples d’équipe jeunes, avec leurs enfants ( 18 ).

Notre ressourcement a débuté par une célébration eucharistique vécue avec les enfants. Ceux-ci nous ont aidés à vivre la partie de la parole grâce à une mise en scène et une réflexion-partage, animées par le Frère Gabriel Côté. Souvent, dans nos communautés paroissiales, les jeunes familles sont rarissimes… Cet après-midi-là, nous avons été témoins d’un vent de renouveau et de jeunesse dans notre église et notre mouvement, grâce à cette fête patronale. Nous avons été touché de vivre cette célébration où les enfants participaient par leur réflexion, connaissaient et chantaient les divers chants de la célébration, aidaient au service à l’autel et, moment culminant du ressourcement, à la fin de l’après-midi, lors de la prière de consécration à la Vierge Marie, chaque famille, en approchant de l’autel, recevait une bougie, et tous priaient en chantant. Ces jeunes familles rayonnaient de la joie du Christ dans leur vie. C’était sublime à vivre.

L’enseignement du Frère Gabriel et les échanges en équipes brassées nous ont permis de nous enrichir de l’expérience de foi des autres et de réaliser, malgré nos différences d’âge et de vécu, que nous sommes tous habités par le Christ, qui teinte nos choix, notre façon de vivre et de voir les autres, notre volonté d’agir pour rendre meilleur notre monde.

Comme, à plusieurs moments dans la vie de Marie, nous sommes repartis de cette fête patronale, en rendant grâce à Dieu pour ses merveilles et, en méditant et en gardant dans notre cœur ces événements. Merci à tous ceux qui ont mis la main à la pâte, pour faire de cette rencontre, ce moment précieux, vécu en Église.

Lucie et Martin (Montréal 39)